Chapitre 2

Une semaine s’était écoulée depuis le premier jour de cours. Les habitudes s’étaient refaites, le rythme avait été repris sans trop d’effort, et Kalee n’avait plus réellement songé à ce petit bout de papier en se réveillant le lendemain de sa découverte. Si la rentrée à l’université s’était faite plutôt tranquillement, il n’empêchait qu’une fin de semaine annonce une certaine fatigue, sans oublier la chaleur qui était loin de rendre le tout bien agréable.

A la sortie des cours, Cheryl avait appelé sa fille. Elle avait récupéré les jumeaux à l’école mais était coincée à la galerie avec des clients avant d’avoir pu rentrer à la maison – il lui arrivait régulièrement d’amener ses enfants au travail, et ceux-ci prenaient la chose comme un jeu. Alors Kalee les avait pris sous le bras avant de se rendre en centre-ville, où Daelysia et Soren l’attendaient. Ils s’étaient donnés rendez-vous au Happy Days, un diner rétro et branché où ils se rendaient régulièrement – peut-être un peu trop – depuis le milieu de leur adolescence. Celui-ci se trouvait entre la cité universitaire, et le petit quartier commercial qui trônait fièrement parmi l’activité de la ville avec ses couleurs vives.

 

ici4zduxedii.jpg

 

En arrivant près de ses amis, Kalee s’arrêta et se tourna vers les petites têtes rousses.
– Vous avez faim ? Ça évitera à maman de penser au dîner.
Alors qu’ils la rejoignaient, les intéressés haussèrent les épaules.
– Pas vraiment.

 

vdkkh4vljwv2.jpg

 

– Comment ça, pas vraiment ?
– Ben on veut aller jouer en face ! Tu veux bien ?
– Mais vous allez avoir faim après… et pas question de dire que je vous ai privé de manger.
– Mais on n’a pas envie de manger qu’on te dit !
– Vous n’avez pas eu plus de goûter que d’habitude, pourtant.

 

0cj8owpdttnp.jpg

 

– On a racketté les petits débiles de l’école.
Kalee se tourna vers sa sœur, qui semblait ô combien sérieuse. Au bout de longues secondes silencieuses pendant lesquelles elle se demandait la façon dont elle devait réagir, elle opta pour entrer dans son jeu.
– Vous viendrez pas vous plaindre quand on vous emmènera dans une prison pour gamins. C’est vous qui vous ferez racketter.

 

79ssc2lcj3qu.jpg

 

– … C’est pas drôle.
Kalee secoua la tête en levant les yeux au ciel.
– Vos conneries non plus. Allez, amusez-vous… je vous surveille d’ici.
Ils s’exclamèrent de joie avant de longer le trottoir pour trouver un passage piéton et traverser la route. Il n’était pas rare que Kalee veille sur les jumeaux en allant en ville, puisque l’air de jeu était face au Happy Days.

 

2hlz8ewi6aft.jpg

 

– On est bon ?
La question de Daelysia la tira de ses réflexions. Elle hocha la tête avant d’inviter ses compagnons à se diriger vers leur table habituelle, à l’extérieur du restaurant.
– Tu rentres ce soir ?
Soren acquiesça.
– Je pendrais un bus dans la soirée. Et toi, tu restes c’est ça ?
– Ouaip, le plumard de Kalee m’attend, répondit Dae avec un petit sourire.
– Tes parents veulent pas te voir ?
Elle haussa les épaules.
– Bah, je rentrerai demain. Ils ont bien assez à s’occuper avec le reste de la fratrie de toute façon.

 

xduiop8u74w7.jpg

 

A peine Kalee avait-elle eu le temps de jeter un nouveau coup d’œil aux jumeaux qu’un serveur arriva pour prendre leur commande. Elle attrapa son menu sans vraiment le regarder, avant d’énoncer son choix.
– Le burger du chef et un Coca pour moi, s’il vous plait !

 

rhx792jicg8x.jpg

 

Il agita nerveusement son crayon sur son carnet.
– Et pour vous ?
– Œufs et bacon, avec un Coca également, répondit Dae.
– Et monsieur ?
– Un sandwich à composer.
– Vous avez rempli vos options ?
Soren acquiesça en tendant la feuille épinglée au menu.
– Vous avez oublié votre prénom.
– Ah pardon, Soren !
Le serveur griffonna quelques lettres avant de plisser les yeux.
– Un ou deux R ?
– Un seul…
Kalee s’empêcha de lever ses jolis yeux vairons au ciel.

 

hhw2rsxqzkak.jpg

 

Elle attendit qu’il parte avec la commande avant de s’autoriser un commentaire.
– Cette question à la noix.
– Sois pas si dure, j’ai l’impression qu’il est nouveau ici.
Elle se pinça les lèvres.
– C’est pas faux, il ne me dit rien.
– Donc il ne pouvait pas le connaître.
L’intéressée ne répondit rien, trop occupée à observer l’activité des employés entre les tables.
– … Lee ? Kalee ?
– Hein ?
– A quoi tu pensais ?
Elle soupira.
– Je me disais que devrais me trouver un job, tu sais, en plus des cours.
– La nouvelle maison est toujours dans vos projets ?
– Ouaip, mais c’est trop lent, alors que je pourrais aider.
Soren indiqua le restaurant d’un mouvement de tête.
– Et si tu bossais ici ?
Les filles se tournèrent vers lui, hébétées de ne pas y avoir pensé plus tôt.

 

kuov8wus06h8.jpg

 

– … Tu crois ?
– Franchement ? T’es une habituée, tout le monde te connait et tu connais tout le monde. Ça vaudra mieux que ce pauvre gars en tous cas.
Daelysia lui intima le silence en plaçant un doigt en travers de ses lèvres avec un rictus amusé, quand elle vit le serveur revenir avec leur commande. Travailler ici ? Oui, pourquoi pas. L’idée plaisait à Kalee.

 

7jy37oe7u26r.jpg

 

Le repas se fit plutôt silencieusement. Aucun n’était réellement gêné par ces petits moments tranquilles, depuis le temps qu’ils se côtoyaient. Et c’était bien là tout l’art de l’amitié ; s’apprécier et se supporter en toutes circonstances.

 

gkwangzwmg82.jpg

 

Mais soudainement, Kalee pointa sa fourchette en l’air, faisant sursauter ses compagnons.
– Un problème ?
– Oui ! Enfin, non ! Je me souviens juste d’un truc, expliqua-t-elle.
Après quoi elle reprit une bouchée de son burger, alors que ses amis la fixaient, attendant d’en savoir plus.

 

ui6nk06d78eh.jpg

 

– … Et donc ?
– Ouais, pardon ! Ben j’ai trouvé un mot de toi chez moi.
Soren tiqua. Les yeux dans le vide, il tenta de comprendre à quoi Kalee faisait référence, sans succès.
– Un mot de moi ?
– Oui tu sais, tu parlais d’avoir croisé mon double, enfin pas le mien, mais la personne à qui tu t’adresses certainement parce que j’ai pas de double.
La bouche ouverte, Soren se sentait encore plus perdu que quelques secondes auparavant. Il secoua sa tête.
– Mais de quoi tu causes ?
– Je l’ai trouvé dans ma chambre le jour de la rentrée, tu parlais du campus… enfin, t’aurais peut-être dû reprendre deux-trois cours de pré-rentrée, parce que tu savais même plus écrire ton prénom.
– Comment ça ?

 

21o2532apct5.jpg

 

Kalee fronça les sourcils, comprenant que c’était à cause du serveur qu’elle avait fini par se souvenir dudit mot.
– T’as signé avec deux R.
Il se mit à fixer son amie en plissant les yeux, comme s’il s’attendait à ce qu’elle éclate de rire et en clamant qu’elle plaisantait. Mais la blague ne venant pas, il se mit à réfléchir.
– Tu l’as trouvé dans ta chambre ?
– Ouais, il a dû tomber d’un bouquin.
– Bah… si ça se trouve c’est un ancien papier, écrit par un Soren avec deux R. Et qui est resté dans le bouquin quand la personne l’a rendu.
– Ah ! Ben oui, possible.
Kalee laissa échapper un rire nerveux, se sentant soudainement bête. Mais ce sentiment ne resta pas longtemps en elle ; elle était comme ça.

 

g4v4dix9caub.jpg

 

Alors elle haussa les épaules et le sujet dériva sur les sorties cinéma de la semaine. Une nouvelle demi-heure s’écoula avant que le repas ne soit terminé, et que Kalee appelle les jumeaux pour rentrer. Soren prit la direction de la gare du centre-ville.
– Bonne nuit les filles. Ne faites pas de bêtises, ajouta-t-il avec un clin d’œil.
– Occupe-toi de tes fesses, rétorqua Daelysia en suivant les Henderson.

En arrivant dans la petite maison, Priam n’attendit pas pour demander un bol de céréales.
– Tu ne les as pas fait manger ?
– Ils avaient pas faim…
Cheryl regarda son fils les sourcils froncés, avant que celui-ci ne soupire, vaincu d’avance par les femmes de la maison.
– Okay, okay, on voulait jouer. Voilà.
Dans un même mouvement, elles levèrent les yeux au ciel. Faussement excédée, Cheryl préféra se concentrer sur Daelysia qu’elle accueillit à bras ouverts.
– Ça fait plaisir de te voir ici !
– Plaisir partagé !

 

hacxywkokl9b.jpg

 

Elles échangèrent quelques minutes avant que Kalee n’entraîne son amie dans sa chambre. Elles passèrent la soirée à discuter, surfer sur le net, et regarder un film sur l’ordinateur de l’adolescente. Lorsqu’elles décrétèrent qu’elles étaient assez fatiguées pour se glisser sous les draps, elles revêtirent leur pyjama.
– Il est où, ce fameux mot ?
– Euh… dans le coin, pourquoi ? Répondit Kalee.
L’intéressée haussa les épaules.
– Je peux le lire ? Tu m’as rendue curieuse.

 

7cq3wbroktku.jpg

 

Elle acquiesça silencieusement, se mettant à chercher dans ses tiroirs. Finalement, elle tendit le bout de papier à Dae sans un mot.
– Mais… C’est l’écriture de Soren.
– Ah ! Je suis pas folle.
– On n’a jamais dit que tu l’étais. Enfin, tu es folle, mais pas dans ce sens-là tu vois…
– Hein hein bien sûr, j’comprends bien.
La brunette sourit en coin.
– C’est bizarre ton affaire.
– Ben sur le coup ça me paraissait évident que ça venait de lui, mais après une semaine, et sa façon naturelle de me convaincre, tu sais…
– N’empêche que c’est bien son écriture.

 

gyjnx9ymh5p3.jpg

 

Kalee gonfla ses joues pour éviter de soupirer, en fixant de nouveau le papier. Elle était perdue et ça l’énervait. Lorsqu’elle ne trouvait pas de solution à des situations qui lui échappaient, elle sentait sa tête bouillir et en avait horreur. Fort heureusement, la présence de Daelysia avait toujours réussi à la détendre.
– Ecoute… on aura qu’à lui apporter lundi.
– Ouais.
A moitié convaincues, elles finirent par entrer dans le lit.
– Allez, bonne nuit ma grosse.
– Dors bien merdouille, répondit Kalee en apposant un baiser sur la joue de Dae.
Elles ne mirent pas longtemps avant de plonger dans un doux sommeil, épuisées par une semaine bien remplie et la chaleur qui étaient loin de s’en aller. Mais à coup sûr, les rêves de Kalee allaient mettre en scène des bouts de papier et des doubles aux visages flous…

 

1mji5q98v22j.jpg