Chapitre 4

La première journée de cette nouvelle semaine à l’université s’était déroulée on ne pouvait mieux. Kalee appréciait ce qu’elle apprenait, non mécontente d’enfin pleinement baigner dans un cadre et un sujet qui lui plaisaient à fond. Même si, en réalité, son esprit avait surtout été encombré par le fameux mot laissé ou non par Soren, qui retranscrivait bien son écriture. Le dernier cours terminé, elle se dirigea vers la cour arrière du bâtiment, alors que la plupart des élèves marchaient en direction du centre-ville. Elle avait donné rendez-vous à son ami afin d’éclaircir ce qu’elle pouvait de ce malentendu. Lorsqu’elle l’aperçut, il était encore entouré de Cléore, Niven et Adélie – d’autres rescapés du lycée –, qui se disaient au revoir.

 

9lzfxspa55f1.jpg

 

Il lui jeta un coup d’œil au loin, et elle s’avança vers lui alors que leurs compères disparaissaient déjà au détour d’un mur de l’université. Arrivée à sa hauteur, Kalee planta un baiser sonore sur sa joue avant de le prendre dans ses bras.
– Alors, bon week-end ? Bonne journée ?
– Ouais ouais, ça roule. Répondit-il en lui rendant son étreinte.

 

uk4zr7ci5ah5.jpg

 

– D’ailleurs ma sœur a ouvert son cabinet !
– Non ?
– Si ! Pearl Malone, pour soigner vos petits bobos !
– C’est chouette ! Mais du coup elle va changer après le mariage ? Ou elle garde votre nom pour sa profession ?
– Alors là, bonne question ! Avoua Soren en haussant les épaules.

 

un6tze2ykb2f.jpg

 

Kalee lui intima de souhaiter un bon courage à sa sœur, après quoi ils s’assirent à une table non loin.
– Bon, mon gars, va falloir qu’on cause toi et moi !
Soren leva un sourcil en affichant un air perplexe. Oh, il connaissait le caractère spécial et les humeurs de Kalee, mais il se méfiait encore bien souvent de ce qu’elle pouvait inventer ou exagérer.
– … De quoi donc ?

 

7htbal47cwv5.jpg

 

– Ton petit mot !
– … Le petit…, commença Soren en tentant de se souvenir de quoi il s’agissait. Ah ! Ce dont tu m’as parlé vendredi ? T’es encore là-dessus ?
Kalee hocha vivement la tête.
– Mais je t’ai dit qu’il n’était pas de moi !
– Arrête ton char, c’est ton écriture !
– Hein ?
– Je te jure ! Se défendit-elle en lui tendant le bout de papier sorti de son sac.
Soren l’attrapa les sourcils froncés, définitivement perdu. Son regard se porta sur les lettres dessinées, qui avaient tout l’air de lui appartenir. Il finit par se gratter la tête.
– Mais… je me souviens franchement pas l’avoir écrit.
– T’es sûr… ?

 

lbjjm4pjlv7y.jpg

 

– Positif ! A tous les coups, quelqu’un essaie de te faire une mauvaise farce. Le message est étrange, en plus c’est mon écriture mais c’est pas moi, et c’est pas dur à copier ces choses-là avec un minimum de pratique.
Kalee sourit, ne sachant plus réellement où se mettre.

 

bb3lx159ojam.jpg

 

Après quelques secondes silencieuses, elle laissa finalement retomber ses épaules.
– J’abandonne.
– Comment ça ?
– Ben cette histoire, c’est trop bête et t’as sûrement raison.
Elle avait épluché toutes les possibilités et rien ne sonnait juste. Soren plissa les yeux, amusé par le comportement de son amie. Il la connaissait tenace, et elle l’avait démontré une nouvelle fois. Malheureusement pour elle, sur ce coup-ci elle ne pouvait trouver le fin mot de l’histoire. Oh, il savait bien que ça la dérangeait, mais elle trouverait rapidement quelque chose pour s’occuper l’esprit, il n’en doutait pas.

 

92kqe90l1oks.jpg

 

Mais le sujet ne dériva pas sur une chose superficielle comme il aurait pu le croire, et comme il lui arrivait souvent. Du moins pas immédiatement.
– T’as pas squatté la nouvelle piscine samedi, par hasard ?
– La nouvelle piscine ?
– Ouais, celle qui a ouvert dans le quartier d’Astrid.
– Ben non, j’étais chez mes parents samedi.
– C’est pas faux.
– Pourquoi ?
Kalee secoua la tête.
– Non rien, j’ai cru t’y voir. Mais c’est débile, j’avais vraiment pas les esprits en place, le type n’avait même pas la même coupe que toi.

 

63wq8c3svv5x.jpg

 

Soren leva les yeux au ciel.
– Arrête ça.
– Arrête quoi ?
– Quand tu dis des trucs pareils.
– Quels trucs ?
– Que c’est bête, c’est débile… t’es pas bête ni débile. Ça arrive à tout le monde de se tromper.
– Ouais mais enfin là, j’en tiens une couche quand même.
– Ça te rend pas plus stupide pour autant, et ça m’agace que tu te dévalorises comme ça.
Elle s’arrêta pour le fixer, finissant par soupirer en souriant, touchée par ses paroles même si elle les savait moralisatrices. Après quoi elle se leva pour contourner la table.
– Qu’est-ce que tu fais ?

 

o1xujr0loc7o.jpg

 

Elle ne répondit pas. A la place, elle se pencha pour entourer les épaules de Soren de ses bras. Sa façon de le remercier. Celui-ci sourit à son tour en secouant la tête.
– T’étais pas obligée.
– Je fais ce que je veux.
Elle se rassit à ses côtés, se frottant les mains en laissant son esprit vagabonder parmi le flot d’informations qui lui parvenait. Il ne lui fallut pas longtemps avant qu’une lumière lui rappelle certains événements du samedi.
– Et donc tu n’en as pas marre d’être célibataire ?
Soren plissa les yeux, méfiant. Pourquoi diable lui demandait-elle ça maintenant ?
– Et toi alors ? T’as personne à ton bras, que je sache. Lui répondit-il en haussant les épaules.
Elle le regarda en coin, déterminée à ne pas se faire avoir à son propre jeu.

 

ztv8snx1kc9r.jpg

 

– Sauf que je t’ai posé la question à toi. Moi, on s’en fiche.
– Pourquoi est-ce qu’on s’en ficherait ?
– Parce que je l’ai décidé. Alors ?
– Alors quoi ?
– Personne en vue ? J’ai entendu dire qu’une de chez nous avait un crush.
– Sérieusement ? Qui ça ?
– T’as cru que j’allais balancer un nom ?

 

lxw531lm70el.jpg

 

– Disons que ça serait quand même plus facile pour me faire une idée, hein.
– Donc personne en vue ?
– Comment ça ?
Kalee sourit largement. Elle aimait poser les questions qu’il fallait afin d’obtenir une réponse que son interlocuteur ne voulait pas lâcher.
– Si c’était le cas, tu n’aurais pas vraiment été intéressé par savoir qui en pinçait pour toi.
– Moui, si tu le dis.
– J’ai raison, c’est tout.

 

bj9peuekaauk.jpg

 

Soren finit par se lever.
– T’es pas croyable.
– Mais quoi !
Kalee suivit le mouvement en sortant son téléphone de sa poche.
– Tiens, regarde. C’est elle.
– Ça m’est égal.
– Allez quoi, tu la connais. C’est Luciné. Et tu peux pas dire qu’elle est moche.
– C’est pas ce qui importe.

 

m7t0fyy7i4na.jpg

 

– D’autant que c’est une amie. Que veux-tu que je fasse ?
– Ce que tu veux. De toute façon Cléore nous a dit que ça lui passerait, mais t’aurais pu vouloir tenter un truc, comme t’as personne, tu perds rien.
– Tu lâcheras pas le morceau…
– Tu me connais. C’est bien.

 

0hglp3zenowu.jpg

 

Kalee finit par lever les yeux au ciel en soupirant gentiment.
– Qu’est-ce qui te retient ?
L’intéressé détourna le regard, un sourire de façade lui barrant le visage. Il aurait dû se rendre à l’évidence bien plus tôt ; la conversation devait bien arriver un jour. Il avait été chanceux d’y échapper jusqu’à présent, d’ailleurs.
– Je sais pas, les cours. On est enfin à la fac, c’est pas le moment de se foirer.

 

1109xed4ph2p.jpg

 

– C’est l’excuse la plus naze que j’ai jamais entendue. Surtout venant d’un mec.
La bouche ouverte, les deux amis se tournèrent vers une autre table où était assise une élève qu’ils ne connaissaient ni d’Eve ni d’Adam. Ils avaient conscience que leur conversation n’avait pas été réellement discrète, mais ils n’auraient pas pensé que quelqu’un se trouve à deux pas d’eux, écoutant le moindre mot prononcé. Sous la surprise, ils levèrent les sourcils.

 

jg596mewfca4.jpg

 

– Parce qu’un mec ne peut pas prendre ses études au sérieux ?
L’intruse passa ses yeux de Soren à Kalee, puis de Kalee à Soren, avant d’hausser les épaules.
– Moi je dis ça…, lâcha-t-elle avant de s’en aller.
Kalee la suivit du regard avant de gonfler ses joues pour se calmer.
– Y’a plus de respect.
Soren se tourna vers elle avant d’exploser de rire.
– Qu’est-ce qui t’arrive, toi ?
– C’est fou, ça te va pas de faire l’adulte.
Elle leva une main et son ami apposa par réflexe un poing sur l’épaule qu’elle visait, mais elle ne frappa pas. Au lieu de cela, elle rit à son tour, emportée par la bêtise du brun. Ensemble, ils avancèrent entre les bâtiments de l’université en direction de la route, avant que Kalee ne s’arrête pour frotter le dos de sa main sur la joue de Soren.
– Allez, j’ai rendez-vous.
– Qu’est-ce que tu fais ?

 

fdb7q1rld4mo.jpg

 

– T’as mon gloss de tout à l’heure collé là, je te l’enlève.
– On dirait ma mère…
– Mais bouge pas ! Là.
– Je suis grand. Y’a des miroirs dans les chiottes.
– T’as honte ou quoi ? Laisse-moi faire, c’est fini.

 

fxzfqae4yla7.jpg

 

Son bras retomba nonchalamment. Kalee secoua la tête, amusée par le comportement de son ami. Oh, il n’avait rien de bien surprenant, mais c’était une chose qu’elle appréciait chez lui. Même si elle ne le disait pas.
– Et tu vas où comme ça ?
– Au dinner, je vais déposer mon CV.
Elle accompagna ses paroles d’un coup de pouce par-dessus son épaule. Sur le trottoir arriva Daelysia, avec qui elle allait à son rendez-vous.
– Je vous laisse alors, bon courage !
– A demain !
Kalee trottina vers son amie qui lui sourit largement.
– Allez ma grosse, faut pas traîner.
– C’est toi qui traînes.
– Ça va, ça va.

 

e61pacskch70.jpg

 

Un rictus amusé et blasé à la fois, se dessina sur les lèvres de Dae. Derrière elle, Kalee descendait déjà en direction du centre-ville. Elle jeta un regard à Soren qui attendait encore et la salua d’un mouvement de tête. Elle ouvrit à-demi la bouche sans avoir quoi dire. Mais elle n’en eut nul besoin lorsqu’elle vit son ami faire un mouvement horizontal et répété, de la main, à la hauteur de sa gorge. Elle soupira en secouant la tête, ce à quoi il répondit par un haussement d’épaules avant de se détourner. Comprenant qu’il l’avait échappé belle, elle se demanda combien de temps encore il allait pouvoir se taire. Et c’était bien la seule chose qu’elle passait sous silence à sa plus vieille amie.

 

4jsgs3f5nklt.jpg