Andafae sortit de son arbre. Le calme régnait sur la bourgade humaine dont elle se délectait si souvent. Assurée que personne ne la voyait, elle contourna l’immense tronc qu’elle connaissait si bien, afin d’être cachée par lui.

De là, elle pouvait tout observer dans cette paisible banlieue ; les allées et venues des passants, les humains éreintés qui rentraient chez eux après une dure nuit ou journée de travail, les enfants qui partaient à l’école… et les papillons, qui virevoltaient toujours près d’elle.

 

rcv1u-iadwyyclh5ghd_j9mbshm

 

Peu à peu, l’activité du voisinage s’éveilla. Les joggings allaient bon train, même si Anda ne comprenait pas vraiment ce qu’avaient les humains à courir ainsi pour rien. Parfois, c’était apparemment pour le plaisir. Quel plaisir avait-on à s’essouffler ? C’est ce qu’elle se demandait.

 

btjviyahgw40ypd3oufm_phxkty

 

Elle pouvait rester des heures ici sans vraiment s’ennuyer, à apprécier la nature tout en observant de loin cette espèce intelligente bien différente de la sienne.

A dire vrai, les fées géraient beaucoup plus facilement les besoins tels que la faim et la soif, et ne les ressentaient pas de la même façon que les humains. Alors si leur esprit était assez occupé pour ne pas y penser, elles ne se considéraient pas en manque. Et c’était grâce à cela qu’Anda pouvait passer autant de temps dans son coin, sans avoir besoin de bouger.

 

cspsdre-dnotyokagvi-zgjo1io

 

De temps en temps, elle hésitait à s’asseoir. Mais l’arrivée d’un enfant qui rentrait de la ville lui assurait de nouvelles minutes d’observation malicieuse. Elle adorait les voir trottiner comme ils le faisaient.

Dans son monde à elle, la phase de l’enfance était spécialisée dans l’apprentissage des autres moyens de déplacement. Alors la frénésie n’était pas la même.

« – Tu crois qu’il a eu une bonne note, aujourd’hui ? »

Le beau papillon bleu vola auprès d’elle, comme s’il souhaitait lui répondre sans en avoir réellement la possibilité. Anda haussa les épaules.

« – Moi, je vais dire que oui. C’est quand même plus sympa. »

Le papillon se posa sur le doigt qu’elle tendait, et se détourna.

« – Quoi, tu ne crois pas ?

– …

– S’il avait eu une mauvaise note, il ne reviendrait pas si guilleret. »

Monsieur bleu reprit son envol.

« – Comme tu voudras. De toute façon, toi, tu ne peux même pas tenir un crayon… Mais ! Hey ! »

Il agita ses ailes fortement autour de son visage, montrant son mécontentement.

« – Oui je sais, c’était bas. Pardon ! »

Anda le regarda s’éloigner, mais elle savait qu’il finirait par revenir. Il revenait toujours. Elle soupira en souriant, et se retourna vers le quartier qui se calmait petit à petit. C’était l’heure des devoirs, des bains, du retour de certains parents.

« – Tu parles souvent aux insectes ? »

Un bond, un cri étouffé, un air apeuré. Mais qui était dont cet imbécile ?

 

rxnfrht98fvjpoehqxvzl654tqc


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook320
Facebook
YouTube3k
Instagram280
Twitch
Tumblr