Chapitre 18

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, ses pensées étaient encore plongées dans un semi-coma dont elles avaient peine à s’extirper. Le sommeil fut lourd. Et si son esprit avait réussi à retrouver une certaine paix, son corps était engourdi. Pourquoi engourdi ? Anda fronça les sourcils. Ses hurlements avaient-ils été rêvés ? Elle se redressa en faisant la grimace. Son dos la lançait. Pas aussi intensément que durant la nuit, pas comme s’il la brûlait. Non, plutôt comme si elle était dérangée par quelque chose, un frottement désagréable de la même façon qu’une blessure démangeait en guérissant.

Elle avait du mal à trouver son équilibre. Etirant ses bras, elle tenta de dénouer ses épaules, ses omoplates, mais rien n’y fit. Alors elle secoua la tête et mit un pied à terre, se défaisant de sa couverture.

 

cdh4mmvj80dn.jpg

 

Un seul coup d’œil au miroir face à elle lui suffit pour comprendre. Elle resta bête, se figea pendant quelques secondes, pas sûre de comprendre si elle voyait clairement ou non. Rêvait-elle encore ? Non, maintenant elle le savait ; la douleur et les cris avaient bien été réels. Devait-elle paniquer, ou s’enthousiasmer ?

« … PAPAAAAA !! »

La première solution fut choisie sans plus attendre. Elle passa la porte de sa chambre immédiatement et marcha à toute allure dans son petit couloir pour rejoindre la terrasse, sans même savoir si son paternel était déjà debout ou non. Fort heureusement pour elle, il n’avait pas réussi à dormir bien longtemps ce matin-là. Quoique, elle aurait bien été capable d’aller le réveiller, débarquant dans sa chambre pour le secouer et lui montrer son dos, telle une enfant réclamant quelque chose. Mais elle finit par entendre un faible « oui », lui confirmant qu’elle allait dans la bonne direction.

 

6qp3x0mcxiyx.jpg

 

Revan était assis à table, un grand plat devant lui, qu’il avait confectionné par mécanisme, alors qu’il ne savait même pas s’il avait faim ou non. D’un air perplexe, il attendit que sa fille arrive jusqu’à lui en se demandant ce qui pouvait bien la faire crier ainsi. D’ailleurs les hurlements de la nuit, il les avait à peine entendus ; le temps qu’il se réveille et réalise, ils avaient déjà cessé. Et puisqu’Anda avait l’habitude de faire des rêves plutôt actifs et bruyants, cela ne l’avait pas alarmé outre mesure. Il savait aussi qu’elle avait tendance à dramatiser. Qu’avait-elle encore fait ?

C’est ce qu’il se demandait lorsqu’elle le rejoignit. Mais au lieu de lui poser la question en soupirant, ce qu’il vit lui fit refermer la bouche avant même d’avoir prononcé le moindre son.

« – Papa, mes ailes ! »

Revan était partagé entre l’envie de s’étonner au même titre que sa fille, et celle qui lui disait de hausser les épaules tant la chose était prévisible. Il porta une main au visage, se frottant la barbe tellement il se sentait dépassé par les événements.

« – Tes gênes se sont réveillés.
– Quoi ?! »

 

vjdxvbz67h5z.jpg

 

L’évidence était pourtant là. Mais Anda se secouait dans tous les sens, essayant de regarder ses ailes, de les faire bouger, de comprendre leur danse particulière. Au bout de quelques secondes, elle soupira.

« – J’ai l’impression d’être une enfant… »

Revan plissa les yeux, retenant une remarque qu’elle aurait pu prendre de travers.

« – Et sinon, tu m’expliques ? »

L’intéressé haussa les épaules.

« – Tu es à moitié de sang royal. Ces ailes appartiennent à leur lignée… tu n’avais aucune conscience d’en faire partie, alors cette facette de toi est restée endormie. Maintenant que tu le sais, ton esprit a pu transmettre l’information à tes gênes, et ton corps a fait le reste cette nuit. »

Anda ne savait pas quoi dire. Tout lui paraissait logique, et pourtant elle avait du mal à réaliser. Elle regarda son père se lever et la contourner, afin d’examiner son dos. La base de ses ailes était rouge certes, mais rien n’indiquait que la transformation s’était mal passée. Alors il alla s’asseoir sur le petit banc de bois qui bordait la terrasse.

« – Prends ce changement comme tu veux, mais tu ne pourras pas y faire grand-chose de toute façon… »

Elle avait cessé de gesticuler. Soupirant légèrement, elle se mit à réfléchir.

« – Les gens savent ce que ces ailes veulent dire…
– Oui. »

Oh, il savait très bien où voulait en venir sa fille. Et c’était évidemment un point qu’il n’avait pas négligé. Sa vie entière serait changée, c’était indéniable.

 

stt00ig1kdk6.jpg

 

Il lui adressa un sourire imperceptible, en guise d’encouragement ; mais ça n’allait rien changer au fait que les gens allaient la regarder différemment, et qu’une femme royale sortie de nulle part allait certainement faire jaser plus que de raison.

Anda gonfla ses joues, se retenant de s’apitoyer de nouveau sur son sort. Elle gèrerait bien tout ceci en temps voulu. Mentalement, elle baissa les bras. A quoi bon être partagée entre l’envie de sourire et celle qui voulait rejeter ces ailes ? Son père avait raison, il n’y avait rien à faire. Elle se frotta la nuque.

« – Et toi alors ? »

Revan leva les sourcils. Quoi donc ?

« – … Tu as vu Devon ? »

Ah, le sujet fâcheux. Son visage se ferma quelque peu ; à dire vrai, il avait fait son possible pour ne pas y penser. Mais il devait bien en passer par là avec sa fille. Il finit par acquiescer.

« – Ta mère a voulu tout lui expliquer hier même. C’était inévitable, alors autant ne pas repousser l’échéance… Je ne suis pas vraiment intervenu, et lui non plus d’ailleurs. Mais lorsqu’elle a eu fini son récit, il a bien évidemment compris qui j’étais. Et seulement à la fin, il n’a formulé que son souhait de ne pas me voir chez lui, et que toi, tu puisses y rester. J’imagine que pour le reste, il a dû s’entretenir avec Soléa seule. »

De longues secondes silencieuses découlèrent de ses paroles. Anda ne savait pas quoi dire. Alors Revan secoua la tête et se releva en soupirant.

« – C’est très bien comme ça. »

La jeune fée fit les yeux ronds.

« – Ça ne te dérange pas ?
– Non. Que dirais-tu… que ferais-tu si tu avais un mari, et que celui-ci t’annonçait qu’il t’avait trompée, avait eu un enfant avec sa maîtresse, et que la maîtresse en question était de retour dans sa vie ? »

Anda fit la moue, avant de hocher la tête.

« – Je comprends… Je voulais, enfin, j’aurais préféré que ce soit plus facile pour toi. »

Revan secoua les bras.

« – Bah, que veux-tu ! C’est mieux ainsi, et plus longtemps je me bloquerais à cette idée, plus dur ce sera. »

 

wzyhyb26cmye.png

 

Anda afficha un sourire légèrement triste. Et c’est à ce moment seulement qu’elle comprit une chose essentielle ; peut-être avait-elle le courage de lui pardonner. Le mal était toujours présent, mais avec le temps et les explications qui allaient avec, elle comprenait. Et puis, elle avait maintenant d’autres choses auxquelles penser. Y compris la souffrance de son père, qu’elle ne pouvait ignorer. Mais il ne lui laissa pas le temps de s’attrister davantage.

« – Je vais aller chercher quelques bricoles au marché… je ne te demande pas de venir ? »

Elle laissa échapper un petit rire. Evidemment, elle avait toujours adoré être fourrée au marché, tant l’agitation et sa bonne ambiance lui plaisaient. Mais il y avait bien longtemps qu’elle ne s’y était pas rendue avec son paternel pour des courses ménagères.

« – Vas-y, je vais me débarbouiller et certainement retourner au palais… »

Il afficha un sourire inquiet.

« – Fais attention à toi…
– T’en fais pas. »

Mais il ne pouvait s’en empêcher. C’était naturel après tout, non ? Cependant, il savait bien qu’il devait la laisser parcourir ce chemin seule. Même s’il ne le voulait pas, il avait accepté de ne pas pouvoir retourner au palais. Alors à quoi bon lutter ?
Il alla fouiller dans la cuisine pour en ressortir avec un sac, et disparut sans plus de ménagement.

Anda prit une grande inspiration. Instinctivement, elle tenta de faire bouger ses ailes d’un mouvement naturel. Mais son dos la faisait toujours souffrir, et elle sentait bien qu’elle devait forcer et se concentrer. Nul doute qu’un peu de pratique allait être demandée…
Que faire ? Elle avait envie d’aller au palais, de connaître la suite des événements, même si elle les redoutait tout autant. Alors elle envoya un message à Cassian pour lui demander de la rejoindre, afin d’avoir son soutien.

 

qluftjlmrusn.png

 

Il ne fallut pas plus dizaine de secondes pour qu’Anda sente une présence derrière elle. Il avait dû se lever tôt également. Avait-il eut du mal à dormir ? Ou s’était-il douté qu’elle aurait besoin de lui au plus tôt ?

Peu importait réellement, il était là. Et avec le plus grand des sourires, Anda commença à se retourner pour l’accueillir.

 

ab7l7ivzwzt0.png

 

« – Hey… »

Il lui rendit son sourire, bien heureux de la retrouver.

« – Salut toi… »

Presque timidement, il s’approcha de son visage pour apposer ses lèvres sur sa joue. Il y avait pensé toute la nuit ; cette sensation de chaleur, le contact de sa peau, les frissons qui le parcouraient lorsqu’il se trouvait près de sa bouche…

 

10rbnq8ny32c.png

 

Mais elle ne le laissa pas finir sa course. Bien au contraire, elle prit les devants pour s’accrocher à sa nuque dans un baiser passionné. D’abord surpris, Cassian se mit à sourire dans cet échange et ses mains se portèrent aux épaules d’Anda, dénudées. Mais il ne réalisa pas la dimension de cette information. Ses doigts dansèrent sur sa peau de braise et descendirent le long de ses bras, jusqu’à ce qu’il cale sa main dans le creux de son dos, plaquant la jeune fée un peu plus contre lui.

Les choses avaient-elles changé depuis la veille ? Oui. Elles étaient plus sûres. L’innocence du début de relation avait laissé place à de la curiosité, peut-être même de l’envie plus assumée.

 

e4fvcxvyuyq5.png

 

Ils se détachèrent finalement l’un de l’autre, la respiration saccadée, mais infiniment bien. Un soupire d’aise mit un terme à leur échange, lorsque leurs yeux se croisèrent avec malice. C’est à ce moment seulement que Cassian remarqua la tenue dans laquelle Anda se tenait devant lui. Devait-il rougir ? Détourner les yeux ? C’était tellement nouveau qu’il n’était pas certain d’avoir le droit de la regarder ainsi. D’ailleurs, il la dévorait des yeux.

Dans la tête d’Anda, les mêmes réflexions tournaient et tournaient sans cesse. Instinctivement, elle se serait frotté le bras pour se donner contenance, mais il n’en fut rien. Le rouge lui monta cependant aux joues, même si elle s’efforçait de respirer calmement. Qu’est-ce qui lui avait pris de faire venir Cassian alors qu’elle n’avait même pas un short, ou un gilet sur le dos ? Devant son père elle n’avait aucune honte, mais la proximité de Cassian l’intimidait soudainement.

 

intvxtpocsyp.png

 

Outre cette gêne qu’ils partageaient, Cassian se rendit compte que ce n’était pas tout. Un détail qu’il n’avait pas pris en compte depuis son arrivée. Le corps dénudé de sa belle était une chose, les ailes royales qu’elle arborait maintenant en était une autre.

« – Mais, Anda… tes ailes ! »

Il fronça les sourcils. A force de les voir au palais et sa cour, elles ne lui avaient pas sauté aux yeux. Alors elle lui expliqua la nuit qu’elle avait passée, sa découverte en se réveillant, et ce que son paternel lui avait dit à leur sujet, avant de le voir acquiescer.

« – Ça va être délicat d’arriver inaperçus…
– Il est encore très tôt… je me dépêche de me changer et on y va ? »

D’un hochement de tête, il approuva. Anda l’invita à la suivre dans son petit couloir, avant de lui indiquer sa chambre.

« – Tu peux attendre là, j’en n’ai pas pour longtemps. »

Elle se détourna pour entrer dans la salle de bain.

 

450borb2ujd0.png

 

Le cœur de Cassian battait fort à ses tempes. Pourtant il n’y avait pas de quoi, il ne faisait que découvrir l’espace personnel d’Anda. Et lorsqu’elle-même avait dormi dans sa demeure, il n’avait pas tant été chamboulé. Quoique…

 

k9fajoqabdjh.png

 

L’endroit était très sobre, mais reflétait à la perfection la jeune fée. Très naturel et rempli de verdure, elle ne pouvait que s’y sentir bien. Cassian finit par s’asseoir sur son lit, attendant qu’elle ait terminé de se préparer. Mais la savoir là, dans la pièce d’à côté, certainement en tenue encore plus appréciable que ce qui lui servait de pyjama, jouait avec ses nerfs.

Quand avait-il commencé à penser à elle de cette façon ? Peut-être depuis plus longtemps qu’il ne l’aurait cru. Mais depuis la veille, ses seules pensées étaient la façon dont il devait se comporter, les petits tracas qui définissaient une récente union. Ses sentiments refaisaient pleinement surface.

 

be48bioenq81.png

 

Un bruit de porte se fit entendre, indiquant qu’Anda ressortait de la salle de bain. Il éleva la voix.

« – C’était pas trop galère avec les ailes ? »

Il entendit un « ben tiens », au loin, qui le fit sourire. Elle lui répondit davantage lorsqu’elle passa la porte de sa chambre.

« – C’est là que la télékinésie intervient. J’ai pas encore des yeux derrière la tête… »

A mesure qu’elle avançait vers lui, le cœur de Cassian manquait des battements.

« – Tu es magnifique… »

Encore très bleue certes, mais Anda n’en avait pas moins perdu son charme.

« – Tu trouves ? »

 

gxj1wlgspj7e.png

 

Elle n’attendit pas la réponse avant de se poster devant son miroir à pied et de se tordre dans tous les sens pour comprendre si elle était présentable ou non. En vérité, elle savait bien qu’elle appréciait sa garde-robe, mais la vue de ces nouvelles ailes la rendait toute confuse, et elle n’était plus sûre de rien.

« – C’est étrange…
– Il va te falloir t’y habituer, c’est sûr.
– J’ai l’impression qu’elles sont démesurées. »

Cassian pouffa. Etait-ce ce qui l’avait fait craquer en premier, son innocence ?

 

m0bwmcbptkd3.png

 

« – Non mais regarde ! Pour un peu elles me frappent la tête ! »

Il la regardait avec amusement se débattre avec cette nouvelle partie d’elle, certain qu’elle allait finir par s’en accommoder.

« – Je te jure, si ça se trouve, je vais te baffer avec et tu voudras plus me voir. »

 

dzi2k40zodb3.png

 

« – Mais bien sûr… Mademoiselle Nyrden, tu ne débarrasseras pas de moi aussi facilement.
– Mademoiselle Nyrden… »

Anda secoua la tête, faisant mine d’être affligée par ses bêtises.

« – Elles ont l’air de bouger toutes seules par moment, tu tiens le bon bout. »

L’intéressée finit par sourire, consciente qu’il avait raison. Elle s’apprêtait à lui dire qu’ils pouvaient s’en aller, mais la voix de Revan s’éleva dans le silence, appelant sa fille. Alors elle le rejoignit sur la terrasse, suivie de près par Cassian qui se demandait si c’était une bonne idée.

 

pnzy2z7evxik.png

 

« – Ah, tu n’es pas encore partie.
– Non, j’ai appelé Cassian et je me suis apprêtée, mais on va y aller maintenant. »

Revan était sceptique. Il connaissait l’attachement des jeunes fées l’une pour l’autre, mais s’était interdit de penser que ça pouvait aller plus loin, surtout après l’information du lien qui les unissait. Alors pourquoi ressortait-il de la chambre de sa fille ?

« – … Tu ne pouvais pas t’apprêter toute seule ?
– Haha, très drôle papa. D’ailleurs je voulais te dire un truc… »

 

ii19at0ixpv8.png

 

« – Avec Cassian, on est… »

Revan leva un sourcil. Etait-elle en train de lui annoncer ce qu’il redoutait ?

« – … Cousins ? »

Le visage d’Anda se ferma. Il avait piqué là où ça faisait mal. Et en énonçant cette vérité à nouveau, il espérait bien qu’elle allait suffire à leur faire entendre raison.

 

ly8teqxoy8h1.png

 

« – … Oui. Certes. Ça te dérange ?
– … Si ça me dérange ? C’est une blague ? »

Anda tenta de garder son calme. Ça ne servait à rien de crier une énième fois. Quant à Cassian, il se gardait bien d’intervenir ; si sa place était légitime puisqu’il faisait bel et bien parti de cette petite famille, il ne se sentait pas en droit de contrer Revan sachant qu’ils ne se connaissaient pas, de surcroit.

« – C’est loin d’être une blague, et ça ne changera pas selon ton avis.
– Mais…
– Il n’y a pas de mais. Les unions entre cousins sont courantes dans la royauté, et notre ADN n’est techniquement pas un problème. Apparemment maman ne t’a jamais enseigné ça. »

En suspens, Revan ne sut qu’ajouter. Anda n’avait pas crié, ni ne lui avait craché à la figure. Mais il n’avait jamais vu une telle assurance dans son regard, une telle détermination. Chose qui avait rendu son ton sans appel.

 

sdi76v66d8g3.png

 

Il regarda sa fille comme s’il cherchait une réponse dans ses yeux, quelque chose qui l’aide à comprendre. Mais elle finit par lui souhaiter une bonne journée, avant de se retourner pour se lover dans les bras de Cassian, qui les téléporta au palais.

Comme ils l’avaient souhaité, il était encore tôt et un calme apaisant régnait dans la cour. Ils prirent une profonde inspiration avant que Cassian ne prenne les mains d’Anda dans les siennes.

« – Prête ? »

Elle hocha la tête avec un sourire.

« – Prête. »

 

p25ow0fpcrf0.png

 

Pourtant, c’était une situation qu’ils avaient déjà connue. Arriver au palais, avec l’excitation d’y découvrir des choses étonnantes. Mais lesdites choses étaient à présent bien différentes, et c’était une toute autre aventure qui attendait la jeune fée. Et malgré les difficultés qu’elle savait certainement devoir rencontrer, elle était bien décidée à avancer.

 

hvhkc16ayykx.png