La peur passée, c’est la colère qui s’empara d’Anda ensuite. Elle ne supportait pas qu’on l’effraie ainsi, encore moins maintenant qu’elle se sentait observée. Ironie ? Certainement, quand elle savait qu’elle était elle-même maîtresse de journées d’observation du genre humain.

« – Mais t’es qui toi ? T’es taré !
– Oh là ! Pardon pardon ! Allez, c’était drôle quand même !
– Pas du tout ! Tu ne pouvais pas te manifester autrement ?
– Ben c’est-à-dire que ce n’était pas vraiment mon intention de te faire peur… pardon ! »

 

36fctdvulj6dorkf1vos2tx7ugs

 

L’avantage avec Anda, c’est que la colère ne restait pas longtemps. Alors pendant que l’inconnu essuyait ses petites larmes de rire, elle se dérida. Il fallait dire que la bonne humeur était particulièrement communicative chez les fées.

 

oaiuhdmrscrzzh3du4hi3vv9zq0

 

Elle laissa ses yeux analyser son vis-à-vis comme si elle s’attendait à ce que son corps révèle ses secrets sans qu’elle n’ait nullement besoin de les lui soutirer. Avec un petit sourire, elle vérifia rapidement qu’aucun humain ne traînait dans les parages.

« – Et si quelqu’un t’avait vu ?
– Me prendrais-tu pour un amateur ? »

Anda laissa échapper un petit rire moqueur.

« – Je ne te connais pas.
– Pourtant tu ne m’as pas entendu arriver.
– … C’est pas faux. »

 

gacf8h-eqasrcqhnrtyrhhu267g

 

Elle finit par hausser les épaules. Bah ! S’il avait été vu, ça aurait été son problème. Après tout, elle n’avait pas à subir avec lui les questions des humains s’ils venaient à les découvrir.

« – Et sinon, tu as un prénom ? »

Anda hésita. Quel avantage avait-elle à sympathiser avec une fée qu’elle ne reverrait probablement pas ? Aucun, vraiment. Tout comme il n’y avait pas d’inconvénient à ce qu’elle lui dise son prénom puisqu’il n’aurait pas à le réutiliser.
Alors elle avança sa main.

« – Anda.
– Enchanté Anda ! Moi, c’est Cassian. »

Il tendit sa main à son tour, pour venir embrasser la sienne en un signe de salutation que les fées connaissaient bien.

 

7dwzh0kly_tgznycrczykclew_4

 

Anda aimait bien son prénom. Cassian, c’était joli. Ce qui en revanche lui plaisait moins, était le style vestimentaire qu’il arborait tranquillement. Sérieusement, plus humain tu meurs.
Mais elle ne pouvait pas enlever aux mâles de son espèce la facilité qu’ils avaient à pouvoir porter toutes sortes de vêtements, en particulier t-shirts et chemises. Si les filles naissaient avec des ailes, les garçons eux, avaient droit à la téléportation. Même si celle-ci pouvait également s’apprendre en grandissant pour les demoiselles, chez eux, c’était inné.

« – Tu m’expliques un peu pourquoi tu es fringué comme ça ? »

 

ptvnmbc_atlkibns37jiwzoxwpg

 

Cassian pouffa, avant de tourner fièrement sur place.

« – Ça, ma chère, c’est qu’on porte au royaume ! C’est très tendance en ce moment. »

Outre la surprise de savoir que les fées optaient pour un genre humain niveau stylisme, ce qu’elle reteint fut une toute autre information. C’était presque si elle s’empêcha de lui sauter au cou, avec la frénésie certaine d’avoir besoin de tout savoir sur sa vie.

« – Tu habites au royaume ?!
– Euh oui, enfin disons dans la banlieue. »

 

upvo8hpi-tu-raiyr89kx_levdm

 

Anda n’en croyait pas ses oreilles. Elle savait bien où le cœur du royaume des fées se situait, mais elle n’avait jamais mis les pieds dans la forêt profonde. Il lui semblait aussi qu’un bout de son monde se trouvait de l’autre côté de l’immense lac qui bordait sa maison, mais elle n’avait jamais eu le loisir de le vérifier.
Comme une enfant demandant un nouveau jouet, Anda s’approcha de Cassian avec hésitation.

« – Et… tu connais le palais ? »

L’intéressé se contenta d’hausser les épaules.

« – Ça m’arrive d’y aller, pour des réunions et ce genre de trucs pas très fun. »

 

awji5capod2ppsxf9tb9wewvryg

 

Anda cacha sa déception. D’aussi loin qu’elle se souvenait, elle avait toujours rêvé du palais des fées, où son père ne l’avait jamais emmenée.Trop loin, trop friqué, trop différent, qu’il disait. Ça n’avait jamais empêché Anda de vivre heureuse, mais une part d’elle était inexorablement attirée par cet endroit qui attisait une curiosité qu’elle avait du mal à masquer.

Perdue dans ses pensées, elle ne réalisa pas rapidement que le soleil commençait à décliner et que les humains terminaient leur journée de travail en rentrant dans le quartier. Si elle ne voulait pas se faire prendre, mieux valait rentrer.
Elle prit congés auprès de Cassian, pas tellement touchée par cette séparation. Les chances qu’il y avait pour qu’ils se recroisent étaient minimes. Elle se contenta de le remercier pour sa compagnie et se savait ravie d’avoir rencontré un habitant du royaume. Cela lui suffisait.

 

uh8uk2294-scwoaeimadl3sicf8

 

L’arbre par lequel elle arrivait dans le monde des humains connaissait une réplique parfaite, autour duquel son père avait bâti leur habitat bien des années auparavant. Bien entendu, le fait que celui-ci en particulier abrite un passage entre les deux mondes était un pur hasard, qu’Anda avait découvert bien malgré elle lorsqu’elle n’était encore qu’une petite fée.

Songeuse, elle fit le tour de la mare qui le bordait afin de monter les escaliers qui amenaient aux différents niveaux de la maison. Une douce odeur se dégageait de la fenêtre de la cuisine ; Anda savait son père aux fourneaux.

 

ctnrcocqlmmhkz9xmljsoyb-u-a

 

Mais ce ne fut pas l’endroit où elle se rendit. Elle s’arrêta à mi niveau où un chevalet l’attendait, et commença à peindre ce qui pouvait bien lui passer par la tête.

« – Tu es rentrée ?
– Oui papa !
– Comment a été ta journée ?
– Pleine d’humains ! »

A travers les chuchotements de la forêt et les bruits des casseroles qui s’entrechoquaient, elle entendit son père rire. Il n’approuvait pas vraiment ses escapades mais savait qu’il ne pouvait rien faire pour l’en empêcher. C’est qu’Anda était têtue. Alors il l’imaginait cachée, à regarder l’activité humaine, et ça l’amusait.

 

fut9cupzvhnunj_0ew4y4qjh88a

 

« – Oh et puis j’ai rencontré… »

La bouche ouverte, elle resta suspendue à ses propres paroles, pas certaine de vouloir parler de Cassian à son père. Quelle en était l’utilité ? Il lui ferait certainement la morale sur le fait que deux fées irresponsables n’avaient pas à faire les pitres chez les humains au risque d’être découvertes. Alors elle se ravisa.

Elle passa près d’une heure sur sa toile sans réellement la terminer, avant de se diriger vers sa chambre doucement.

« – Tu as faim ? »

Mais Anda ne répondit pas, déjà profondément endormie. Ce soir-là, elle n’avait pas faim.

 

fov-7bnzbqohszfofwnj5oks678


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook320
Facebook
YouTube3k
Instagram280
Twitch
Tumblr