Chapitre 20

Si Anda n’avait plus su où se mettre, Cassian lui était rapidement venu en aide en secouant la main et faisant dévier la conversation. Evidemment, les mêmes interrogations tournaient dans son esprit, mais il s’interdisait d’y penser. Du moins, ça ne servait à rien de se torturer avec ça sur le coup.

Anda avait fini par prendre congé auprès de Dinah, lui promettant de passer la voir dans la journée pour qu’elle s’occupe de sa tenue, comme elle le lui avait proposé. Après un câlin vivement échangé avec Cassian, elle s’en alla rejoindre les Lothian qui étaient restés à discuter dans le petit salon.

Le reste de la matinée se déroula de la même façon, et ils prirent le déjeuner ensemble, à l’étage de la famille, avant que les gardes et hauts placés du royaume ne commencent leurs allées et venues au rez-de-chaussée. Leovan lui tournait autour comme s’il avait cinq ans de moins et découvrait tout ce qui lui était donné de découvrir. Pas une fois il ne fut question de Revan, et du fait qu’il ait laissé sa fille avancer dans sa petite vie. Cassian en revanche fut évoqué de façon si positive qu’il les rejoignit pendant le dessert. D’ailleurs, Devon était tout aussi enthousiaste à l’idée de la relation qu’il entretenait avec Anda, ce qui finit de les rassurer complètement sur le sujet. Ils virent à peine Opale qui passa simplement prendre quelque chose à grignoter, avant de repartir dans sa chambre.

C’est à quatorze heures passées que Soléa se leva, n’ayant pas vu le temps s’écouler. L’annonce était proche, et elle proposa à sa fille de s’occuper de sa tenue. Elle ouvrit la bouche mais Cassian la devança.

« – J’ai croisé Dinah tout à l’heure et je lui ai dit qu’Anda était dans les parages. Comme elle a pu la rencontrer avant-hier et qu’elle lui a tapé dans l’œil, je pense que ça lui ferait plaisir qu’elles papotent robes ensemble… »

Le tout agrémenté d’un sourire amusé. Il lança un regard complice à sa belle, qui le remercia silencieusement ; elle n’avait pas vraiment songé à la façon dont elle aurait pu se justifier de connaître sa cousine ni de vouloir aller la retrouver.

« – Oh et bien pourquoi pas, si ça vous fait plaisir ! »

Soléa leur rendit leur sourire et les laissa prendre congé, afin qu’elle puisse elle-même s’occuper de Leovan. Alors Cassian prit Anda dans ses bras pour se retrouver immédiatement dans le salon de Dinah. Oh, il n’était pas bien loin. Ils y étaient d’ailleurs passés l’avant-veille lorsque Negan les avait invités à manger une glace. Dinah était assise, un livre à la main lorsqu’ils firent irruption.

« – Aah, il était temps ! C’est pour quand ?
– Quinze heures !
– Alors on traîne pas ! »

Elle les entraîna dans sa chambre où elle proposa à Cassian de s’asseoir en les attendant, avant de fouiller dans quelques tiroirs. Mais au regard qu’elle porta à Anda en plissant les yeux, ses choix n’avaient pas l’air de lui ravir.

« – Bon, toi reste là, et toi suis moi dans la salle de bain, j’ai une grande penderie là-bas… »

Anda acquiesça volontiers, mais plus proche de la porte que sa cousine, elle entrouvrit la bouche avant que celle-ci ne secoue les mains face à elle.

« – Juste là, la porte à droite ! »

 

8ntel4wlx3lv.jpg

 

Elle entra dans une pièce très design, claire et classe. Si ce n’était pas un style qu’elle appréciait particulièrement, elle devait reconnaître son admiration. D’ailleurs, elle avait l’impression qu’elle ne s’arrêterait jamais. Mais quand on apprenait du jour au lendemain, avec autant d’années à son actif, qu’on faisait partie de la royauté d’un territoire, il était naturel de ne pas tout accepter en bloc et d’en prendre plein la vue pendant un certain moment. Même si ce n’était cette fois qu’une question de décoration très différente de la sienne.

« – Alooors… »

Elle regarda Dinah s’affairer entre les portes battantes d’une grande armoire, apercevant par-dessus son épaule plusieurs dizaines de robes en tous genres. Elle en sortit quelques-unes, jaugeant rapidement d’un coup d’œil si elles étaient susceptibles de convenir à sa cousine.
Pendant de longues minutes, elle lui en fit essayer sans grande conviction, secouant la tête, parfois silencieusement, pour passer à la suivante. Finalement, Anda lui demanda si elle pouvait regarder elle-même ce qui pouvait lui plaire, et surtout lui aller. En signe d’impuissance, mais toujours avec le sourire, elle l’invita à procéder avant de s’asseoir un peu plus loin.
Alors Anda alla fouiller parmi les pans de tissus qui s’offraient à elle, avant d’ouvrir grand les yeux et de pousser une exclamation.

« – Mais, c’est bleu !
– Justement ! Elle est magnifique ! »

Dinah lâcha un rire franc, avant de capituler.

« – Dans ce cas, je t’en prie… »

 

0ey37y8svdo0.jpg

 

A mesure qu’Anda passait la robe, son aînée ne put s’empêcher de perdre légèrement son sourire au profit d’un hébétement certain, face à sa beauté. Et pourtant, elle était loin de se trouver désagréable à regarder elle-même. Mais c’était Dinah, et on ne pouvait lui en vouloir pour ça. Rapidement, elle agrémenta sa tenue d’une coiffure plus élégante à son goût.

« – … Alors ? Qu’en penses-tu ? »

 

8jjxuhaczggm.jpg

 

L’intéressée leva un sourcil.

« – Ce que j’en pense ? Et toi alors ? »

Anda se tourna et retourna devant le miroir, cherchant quelque chose qui pouvait lui faire défaut.

« – Ben… j’aime beaucoup. Mais je me demandais si tu avais quelque chose à redire. »

Elle leva les bras en l’air.

« – Ma pauvre ! T’es top, on s’en fiche de ce que j’en pense.
– J’ai pas l’air cruche ?
– Absolument pas ! Tu ressembles à une princesse. »

Anda sourit légèrement à cette appellation. Oui, c’était bien ce qu’elle était, après tout.

« – Hum… j’espère que je ne vais pas marcher dessus. »

 

egatmakkg3qe.jpg

 

Dinah pouffa avant de secouer la tête.

« – Tu n’as jamais porté de robe aussi longue ?
– Pas vraiment… j’ai toujours trouvé ça sublime, mais maladroite comme je suis…
– Arrête de te tracasser. Tu es parfaite. »

Parfaite. C’était un mot que son père lui avait souvent répété. Mais elle s’était toujours dit que c’était normal venant de lui. Dinah ne savait presque rien d’elle, et pourtant elle lui inspirait déjà une grande confiance et une honnêteté incroyable. Alors peut-être pouvait-elle faire cet effort, et être sûre d’elle. Une dernière retouche à son maquillage acheva la transformation. Aimait-elle ce qu’elle voyait dans le miroir ?

 

ggqsd6ee3d14.jpg

 

Peut-être bien. Ou peut-être était-ce à cause de cet état dans lequel elle était, comme sur un nuage, et que tout avait une autre dimension, un autre impact.

Dinah sauta de sa chaise, emballée comme jamais.

« – Ils vont t’adorer ! »

Anda lui rendit son sourire, peut-être moins certaine de ce fait. Et pour cause, le peuple allait devoir accepter une nouvelle princesse sortie de nulle part, sans rien dire. Mais pour l’heure, c’était le retour auprès de Cassian qui importait à sa cousine. Celle-ci passa en toute hâte la porte de la salle de bain et celle de sa chambre, pour se retrouver devant un Cassian curieux.

« – Ça y est ?
– Mmh, je sais pas si j’ai envie de te le dire. Par contre y’a un canon dans la pièce d’à côté, si tu veux je te la présente.
– Arrête ton cirque…
– Ça vaaa ! »

 

drbszc6gaooi.jpg

 

Elle laissa place à Anda qui entra à son tour, sous l’admiration de Cassian qui se leva malgré lui, ne sachant comment la complimenter. Il la détailla généreusement ; la robe était magnifique, lui allait à ravir, et mettait en valeur ses formes. Quant à la coiffure, c’était la cerise sur le gâteau.

« – Tu es… »

La bouche ouverte et les mots en suspens, elle comprit bien son intention en le couvant des yeux. Pour la première fois peut-être, Cassian ne la considérait pas comme une gentille fée dont il était ô combien épris, mais comme une femme, belle dans tous les aspects possibles, désirable et en même temps fragile, qu’il voulait protéger et couvrir de son amour.

 

s07hgernq525.jpg

 

Pendant quelques nouvelles secondes, il s’amusa à faire la carpe sans le vouloir, avant de finalement fondre sur Anda pour l’embrasser comme jamais encore.

« – Faites pas gaffe, j’suis là mais j’suis pas là. »

Dinah, assise sur son lit, sourit malicieusement en détournant la tête. Mais plus le baiser s’éternisa, plus elle se racla la gorge pour les embêter.

 

3yu3rqqxzpjq.jpg

 

Alors ils se séparèrent finalement, le sourire collé aux lèvres.

« – Bon… il va être temps. Je te ramène ? »

Anda hocha la tête, avant de remercier chaleureusement sa cousine.

« – Avec plaisir ! »

Rapidement, ils se retrouvèrent dans le petit salon personnel de l’étage du palais, où Soléa complémenta la tenue de sa fille. Celle-ci haussa les épaules.

« – C’est à Dinah, je ne fais que la porter… Est-ce qu’Opale est par-là ?
– Dans sa chambre. »

Elle jeta un regard interrogateur vers Cassian qui comprit son malaise.

« – Je t’y emmène si tu veux. »

Souriant, elle le remercia silencieusement. Elle avait envie de parler à sa sœur. Même si elle savait bien qu’en si peu de temps, elle n’allait pas lui faire accepter sa présence, surtout pas de force, mais l’idée de la savoir si méfiante à son égard alors qu’elle ne la connaissait pas la désorientait et l’embarrassait. Cassian lui prit la main et l’emmena à l’étage supérieur, avant de se diriger de nouveau vers les escaliers.

« – C’est plus haut. »

Ils arrivèrent sur un espace ouvert, visiblement destiné à Leovan, avec des lits et jouets pour enfant, avant de passer une petite porte qui les menait à l’extérieur, donnant sur un couloir à remparts comme Anda en avait parcouru de la chambre de sa mère à sa grande salle de bain la veille. Au bout, une nouvelle porte se présentait à eux.

« – A tout à l’heure…
– Oui… »

Cassian l’étreignit pour l’encourager, avant de disparaître. Elle se tourna vers la porte, inspirant profondément, puis frappa rapidement. En tendant l’oreille, elle entendit la voix d’Opale qui l’invitait à entrer. Elle se retrouva dans une chambre décorée avec goût. Opale se tenait à l’autre bout de la pièce, fixant un point inconnu à travers la fenêtre.

« – J’espère que je ne dérange pas, mais… »

 

65t623pdka0a.jpg

 

Elle cherchait ses mots. Comment lui dire que ça ne servait à rien qu’elle fasse la tête ainsi, sans la froisser ?

« – Je… J’ai l’impression qu’on est parties du mauvais pied et j’aimerais… enfin… »

Opale se retourna en plissant les yeux. Etait-elle sérieuse ?

 

jhdmlxwz22nv.jpg

 

Elle s’apprêtait à ouvrir la bouche pour lui répondre lorsque Leo fit irruption dans la chambre à l’aide d’un « au fait ! » envers Anda. Il se planta devant elle, pas vraiment conscient qu’il interrompait potentiellement une conversation entre les deux sœurs.

« – C’est quoi ton nom, déjà ? »

Anda sourit, attendrie.

« – Nyrden.
– Oh cool ! C’est joli. Et du coup si c’est toi qui prends la place de maman, ça s’passera comment ? »

 

lq31kz7eqovf.jpg

 

L’intéressée secoua les mains.

« – Ah mais je n’ai pas l’intention de succéder à Soléa, c’est Opale qui y est destinée !
– Oui mais… c’était le cas quand elle était la seule à pouvoir, maintenant vous êtes deux. »

 

5zd4jm3zu77b.jpg

 

Si sa réflexion était tout à fait légitime et laissait Anda pantoise, elle s’empressa de le détromper. Après quoi Opale lui demanda de s’en aller. Elle le regarda quitter la pièce avant de fixer Anda dans les yeux, complètement face à elle à présent. Un rire sec sortit de sa gorge.

« – Tu te vois déjà reine ? »

L’intéressée fronça les sourcils.

« – Non, je…
– T’as cru que tu allais pouvoir appeler le pays, le royaume de Nyrden ? »

 

o279k1axa3is.jpg

 

La bouche à demi ouverte, elle se sentait déjà fatiguée de devoir argumenter pour rien.

« – Le royaume porte le nom de Lothian depuis des centaines d’années. Ce n’est pas toi qui changeras ça.
– Opale, je suis désolée qu’on se soit mal comprises, ou que tu te fasses des idées… mais comme je l’ai dit à Leo, je ne suis pas ici pour te voler ta place. D’ailleurs, je n’ai pas vraiment choisi à être ici. »

Elle marqua une pause, tentant de garder le sourire malgré tout.

« – … Si tu dois en vouloir à quelqu’un, c’est à Soléa. Et à mon père évidemment. Je n’ai pas demandé à ce que ton père soit trahi, tout comme toi… mais il m’a proposé de connaître ma famille. Et de ce que j’en sais, tu en fais partie…
– Que tu crois. Je ne te connais pas. Tu as beau avoir nos ailes, ça ne fait pas de toi une Lothian, une vraie. Maintenant, je dois respecter la décision de mes parents. A présent, si tu veux bien … »

Et elle passa à côté d’elle, prête pour participer à l’annonce de la reine.

 

uuv946wvgods.jpg

 

« – Tu as de la chance que Dinah se soit occupée de toi… au moins, tu es présentable. »

Aussi mal au cœur avait-elle, Anda ne put s’empêcher de remarquer une petite chose, même insignifiante ; dans son agacement, Opale avait reconnu qu’elle avait une tenue correcte. Si elle avait tant souhaité la rabaisser, même une robe bien plus sublime que celle-ci aurait pu lui faire dire qu’elle était ridicule.

 

dx1lrdt0t44x.jpg

 

Elle la suivit sans mot dire, jusqu’à descendre d’un étage pour apercevoir sur le balcon où Anda s’était retrouvée la veille, que Soléa était déjà devant son micro, en train de se donner des paroles d’encouragement.

 

pfbiptggajn0.jpg

 

Alors un par un, le reste de la famille vint se placer à ses côtés, et derrière elle. A quinze heures tapantes, un petit drone virevolta dans les airs de la cour, jusqu’à se retrouver face au balcon et faire du sur-place, pendant que les fées présentes en bas arrêtaient leurs activités pour se tourner vers le palais.
Leovan, bien présenté, était déjà accoutumé à regarder à droite, à gauche, et à sourire au peuple. Devon quant à lui, s’efforçait de demander à sa fille de travailler son expression devant la caméra. Une princesse ne devait pas montrer un mécontentement quelconque pendant une annonce aussi importante. A la gauche d’Opale, Anda avait bien du mal à se sentir à sa place. Devait-elle regarder directement vers le drone ? Devait-elle saluer la foule avant même d’avoir été présentée ?
Rien de tout ceci n’importait vraiment Soléa, qui entama son discours sans avoir conscience du reste.

 

fsicdcjvz4sc.jpg

 

Dans tout le royaume, l’événement était retransmis sur les téléviseurs de chaque foyer, ainsi que sur des hologrammes géants en centre-ville.

C’est ainsi que les Nyrden se retrouvèrent attroupés chez Célesta. Revan n’avait aucune idée du délai qu’il y aurait pu avoir avant l’annonce, mais il avait prévenu la famille de sa sœur et ils s’étaient doutés que la chose ne devait pas tarder. Tous étaient présentement au courant, même si Krysta ne comprenait pas tout, à l’instar de Leovan.

 

36xvwtbef6tz.jpg

 

« – Regarde ! C’est Anda ! Elle est magnifique ! »

Solal, aîné de Célesta, était ravi de voir sa cousine ainsi présentée. Revan n’en menait en revanche pas large. Etait-il heureux pour elle ? Certainement. Mais à quel prix…

 

jhgihl7uia0p.jpg

 

Les mots bourdonnèrent aux oreilles d’Anda. Tout ce que sa tête comprit du discours de sa mère était rapidement ce qu’elle lui avait expliqué, au sujet d’une grossesse trop jeune, un abandon pour des fées aimantes, dévouées, ayant du temps pour elle. Peut-être comprit-elle des mots évoquant une légitimité, une princesse, un futur nouveau, et une reconnaissance que chacun devait avoir. Oh, elle n’espérait pas que le peuple hoche gentiment de la tête. Mais elle demandait à ce que tous puissent considérer Anda comme sa fille, une Lothian, et non un clown voulant semer la zizanie au palais. Une fée de sang royal, qui avait tout autant sa place au palais qu’Opale, ou elle-même.

Mais tout ceci raisonna au loin, dans l’esprit d’Anda. En cet instant, elle se rendait compte. Elle était princesse du royaume.

 

3ib7u8n230me.jpg

Laisser un commentaire