La grande bâtisse grisâtre semblait attendre. Attendre quoi, au juste ? Anda n’avait pas su quoi répondre. Les lèvres à-demi ouvertes, elle avait peine à réaliser que tout ceci était à elle. A eux. Elle n’hésitait pas réellement, à dire vrai. Elle savait qu’elle ne pouvait décemment pas répondre qu’elle ne souhaitait pas rencontrer sa famille. Elle était restée au palais dans ce but ; ç’avait du moins été une des raisons qui l’avaient poussée à le faire. Mais se retrouver soudainement en ce lieu accompagnée de Cassian l’avait plus impressionnée qu’elle ne l’aurait imaginé.
Alors ils ouvrirent le portail et Cassian passa en premier, comprenant bien la gêne d’Anda qui ne se décidait toujours pas à parler.

 

vc4pr1qzadty.jpg

 

C’est en arrivant devant le perron qu’elle accusa le coup, intimant à Cassian de s’arrêter soudainement.

« – Que se passe-t-il ? »

Il se tourna vivement vers elle, inquiet.

« – Je sais pas… je suis présentable ? Si je dis des bêtises ? Il y a du monde, dedans ? Et on peut débarquer sans prévenir ?
– Eh, du calme ! Personne ne va te manger. »

 

uomwtrn5orl5.jpg

 

En voyant son air plus anxieux que réellement sérieux, il ne put s’empêcher de lâcher un petit rire.

« – Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer. Si tu ne veux vraiment pas entrer, on peut s’en aller. »

Il marqua une pause afin d’accompagner ses paroles par un sourire réconfortant.

« – Il y a pas mal de passage sur le domaine, les frères et sœurs de nos parents, nos cousins, des pièces rattachées si on peut dire… »

Anda acquiesça. Elle sembla réfléchir à toute allure, après quoi elle prit une profonde inspiration. Levant la main vers la porte, elle demanda à Cassian d’ouvrir la marche une nouvelle fois. En parfait gentleman, il amena la porte vers lui en s’engouffrant dans le hall pour y laisser entrer Anda en se courbant légèrement. Ce qui, bien évidemment, la fit pouffer.

« – Non seulement t’es de ma famille mais en plus on n’en est plus vraiment à un stade où il y a besoin de se saluer…
– Tu restes la princesse du royaume. »

Elle haussa les épaules en levant les yeux au ciel, tandis que Cassian ne faisait que s’amuser. Mais elle fut vite détournée de sa bêtise en découvrant les lieux. Très solennel et sobre à la fois, elle retrouvait ici le style qu’elle avait pensé voir au palais alors qu’il y résonnait une ambiance plus moderne.

 

3x4bla8rftyl.jpg

 

L’endroit était chargé d’histoire et semblait vécu mille vies tout en donnant le sentiment d’être parfaitement entretenu. Nul doute que cela leur tenait à cœur. En faisant un nouveau pas, l’attention d’Anda fut happée par du bruit qui semblait venir de la pièce en face d’eux. Une grande double-porte les en séparait.

« – Comment ça se passe ? »

Cassian sourit en la rejoignant.

« – Ils savent que tu allais venir tôt ou tard, si c’est ta question. Ils ne sont pas ici spécialement à t’attendre, donc il n’y a pas de raison de se braquer ou faire des courbettes.
– Donc ils sont au courant de tout ?
– De tout… non, j’imagine qu’ils ont la version que tes parents ont donnée au peuple. »

Il marqua une pause, cherchant ses mots. Comprendre la situation quand on y était étranger n’était pas aisé.

« – Histoire de limiter les dégâts, j’imagine. Que le peuple jase sur le fait que la reine ait trompé le roi tout en ayant eu un enfant illégitime peut être une chose, mais la famille pourrait très bien réagir tout aussi mal. Suppose qu’ils le sachent, et que certains parlent d’enlever le trône à ta mère ? De te déshériter ? »

Anda préféra ne pas tiquer.

« – Je doute d’avoir un héritage, déjà…
– Et moi, ça m’étonnerait fortement que ta mère ne t’aide pas dans ta vie future. »

 

bq9xwz3tkzx0.jpg

 

Il s’avança et prit sa belle par les épaules.

« – Ecoute… on peut voir comment ça se passe. Si vraiment tu ne le sens pas ou que certains ne sont pas réceptifs à ta présence, rien ne t’oblige de revenir. D’accord ? »

Anda hocha la tête en prenant une grande inspiration. Par curiosité, elle tendit le cou pour voir qui se trouvait dans la grande pièce. Amusé, Cassian en fit de même en la voyant.

« – Un petit topo ?
– Il y a notre oncle, notre tante, et des cousins.
– Oncle et tante… le frère et la sœur de ma mère, ceux dont elle m’a parlé ?
– Je suppose oui. Frère et sœur de mon père également, d’ailleurs.
– C’est vrai.
– Mon père est le premier né, il ne voulait pas du trône. Ensuite il y a eu ta mère, qui l’a accepté. Puis sont arrivés Negan, père de Dinah, et Drahan et Aliss qui sont les plus jeunes de la fratrie.
– S’ils sont les derniers, je me doute…
– Ce que je veux dire c’est qu’ils sont réellement jeunes par rapport aux « sages » de la royauté, si tu préfères. Negan n’a qu’un an de moins que Soléa, il y a un gouffre de dix ans entre Drahan et lui. »

Anda plissa les yeux, tentant d’assimiler toutes les informations. Ce qu’elle avait tout intérêt à faire si elle souhaitait s’intégrer au mieux dans cette grande famille fort soudée.

« – En gros Drahan et Aliss sont à peine plus vieux que moi. Mais ils restent notre oncle et notre tante.
– D’accord, je vois. Mais comment peut-on avoir d’autres cousins et cousines si ton père n’a eu que toi, et que Negan n’a eu que Dinah ? Drahan et Aliss sont un peu jeunes pour avoir des enfants aussi grands que ceux que je vois dans la pièce…
– Ah, ce sont des cousins éloignés. Des branches qui partent des frères et sœurs de nos grands-parents si tu préfères, la famille ne se résume pas qu’à nous. »

Anda soupira en souriant machinalement.

« – Et si on entrait ? Ça fait un peu trop de théorie d’un coup… »

Pouffant, Cassian acquiesça en poussant la porte pour entrer, suivi de près par la belle bleue.

 

ftndglatyzme.jpg

 

Les conversations allaient bon train. Ils s’arrêtèrent à quelques pas de l’entrée, ne voulant pas nécessairement interrompre qui que ce soit. Deux des fées présentes étaient dans un coin, visiblement en train de se raconter quelque chose d’incroyable. L’une exagérait très certainement. Mais cela leur plaisait.

 

3rtrzw6l5yem.jpg

 

Et puis le silence se fit. D’abord, il y eut des murmures. Tous finirent par lever les yeux vers les nouveaux venus avant de se redresser très simplement, sans un bruit.

 

acw3i2izoh46.jpg

 

Le temps sembla suspendu pendant quelques secondes avant qu’une fée haute en couleur ne s’avance vers Cassian et Anda avec un grand sourire.

« – C’est à toi qu’il faut dire bienvenue ?
– Euh… oui, j’imagine. »

 

6zh10joqbwd9.jpg

 

Encore bien peu habituée par cette attention soudaine, Anda avait du mal à se faire à la situation. Etait-ce justifié ? La joie de la rencontrer était-elle bien réelle ? Elle avait presque le sentiment d’être une bête de foire qu’il fallait juger chaque jour.

« – Andafae, c’est bien ça ?
– Anda suffira.
– Anda, très bien ! Je suis Aliss. »

La tante, donc. Anda finit par sourire en faisant mentalement le lien. Etant donné l’âge qu’elle devait avoir, elle réalisa qu’elle lui faisait penser à Dinah de par son look, de qui elle était certainement bien proche. Elle arborait un haut à dos nu, rouge vif, surmontant une jupe fendue blanche. Son maquillage était, lui aussi, bien prononcé.

 

sdgm6braqwsj.jpg

 

« – Et moi c’est Drahan. »

Aliss fit place à son frère qui vint se présenter simplement en lui intimant de ne pas accaparer la jeune fée. C’est qu’il la connaissait fort bien, et qu’il redoutait de mettre Anda mal à l’aise. Cette dernière acquiesça.

« – Enchantée. »

Accompagnant ses paroles d’un mouvement de tête, elle regarda tour à tour les fées venir la saluer tout en se présentant. Elle sentit Cassian se rapprocher de son oreille. En un murmure, il y glissa quelques mots.

« – T’as pas à retenir tous les prénoms maintenant… tant que ça roule avec Aliss et Drahan, te tracasse pas. »

 

wq8rnmt8za8v.jpg

 

Anda lui sourit en retour. Elle se sentait bien incapable de replacer immédiatement l’intégralité de la famille. Alors que les questions commençaient à fuser sous l’excitation que la jeune fée engendrait, un bruit de porte se fit entendre à l’autre bout de la pièce.

« – Vous voilà enfin ! »

Elle reconnut la voix de Dinah sans trop d’effort.

 

nb9goprtreop.jpg

 

« – Mais… tu es partout ! »

L’intéressée se mit à rire, imitée par Cassian et les autres fées présentes dans le salon. Anda quant à elle, se sentait idiote.

« – J’ai dit une bêtise ?
– Du tout, au contraire tu commences à cerner ta cousine ! »

Ladite cousine haussa les épaules.

« – Je savais que Cassian allait te proposer de venir ici. Et puis je rappelle que je vagabonde un peu entre les foyers, moi. »

 

f4zjzyn5e1an.jpg

 

Elle enchaîna avec un certain sourire.

« – D’ailleurs, je ne suis pas la seule à être de partout… Cassian, tes parents sont là. »

Il haussa les sourcils.

« – Ici ? Mais ils étaient en vacances…
– Ah, c’est pas moi qui vais avoir cette conversation avec toi, vas les voir ! »

Anda ouvrit la bouche machinalement en le voyant se diriger vers la porte du fond. Alors Dinah se glissa vers elle.

« – Vas-y !
– Tu crois ?
– Bien sûr, il ne s’attend pas à ce que tu restes ici. Et détends-toi, sa mère est la personne la plus gentille que je connaisse.
– Vraiment ? Et son père ?
– Disons que Cassian est sérieux comme son père, et doux comme sa mère. Rassurée ?
– Si on veut… »

 

b1lb6l0clm51.jpg

 

Dinah lui pressa l’épaule dans un mouvement d’encouragement, avant de désigner la porte du menton. Anda jeta un regard dans la pièce mais les autres fées faisaient mine de ne pas écouter, afin de ne pas paraître trop curieuses. Alors elle finit par rejoindre Cassian dans une autre grande pièce, un peu plus calme, au bout de laquelle se dressait une sorte de véranda, une alcôve vitrée où étaient installés un petit bureau et des canapés entre autres sièges et activités qui composaient l’endroit dans sa globalité.

« – Qu’est-ce que vous faites ici ? »

La voix de Cassian parvint à ses oreilles. Il se tenait debout, face à ses parents qui étaient assis et avaient eu tout l’air de l’attendre.

« – Ben d’accord, dis tout de suite que ça te fait plaisir de nous voir !
– C’est pas comme si je vous voyais quasiment tous les jours, hein !
– On a écourté nos vacances, si tu veux tout savoir. »

 

lwgtymlagbxm.jpg

 

« – Je me disais, aussi ! Mais pourquoi ?
– Ben, les nouvelles vont vite, pardi !
– Quelles nouvelles ? »

Au moment où Anda entra dans leur champ de vision, leur regard se tourna vers elle. Son cœur eu un raté. Le mélange dont parlait Dinah était non seulement visible, mais aussi terriblement exquis. Elle avait rarement vu une fée aussi belle que la mère de Cassian, un visage si doux… et un corps sans ailes ? Elle fronça les sourcils mais fut rapidement détournée de ses réflexions.

« – C’est mademoiselle, les nouvelles.
– Dolan…
– Quoi donc ? »

 

dvpt76fnkj8f.jpg

 

La mère de Cassian secoua la tête en souriant.

« – Ne sois pas désobligeant.
– Désob… mais non, voyons ! »

Elle agita la main pour lui faire comprendre qu’elle le taquinait, avant de se tourner vers Anda qui ne savait comment réagir.

« – Nous avons eu vent de l’annonce de ta mère, Andafae. Et s’il n’y avait que ça ! »

 

wehiridydikq.jpg

 

Elle ouvrit la bouche et échangea un regard rapide avec Cassian qui semblait réfléchir à vive allure.

« – Oui oui, je parle de vous. Petits cachotiers. »

Cassian se gratta la nuque.

« – Maman, en fait…
– Te tracasse pas. Dinah nous a raconté. Vous vous connaissez depuis un certain moment si je ne m’abuse, elle n’est pas ici par hasard… et le couple royal a accepté mademoiselle tout comme votre couple. Qui sommes-nous pour juger ? »

Et suite à cela, elle prit Anda dans ses bras en signe de bienvenue. D’acceptation.

 

l0wvhqv3bxej.jpg

 

« – J’ai hâte d’apprendre à te connaître, Andafae.
– Anda suffira. »

Elle hocha la tête.

« – Je suis Ceera. »

Mais ladite Ceera n’eut pas le loisir de poursuivre les joyeusetés bien longtemps.

« – Qui sommes-nous pour juger… juste les parents de son cher et tendre. Et son oncle et sa tante, par-dessus le marché. »

Les deux fées se séparèrent et Anda regarda Dolan sans comprendre son ton. Souhaitait-il les séparer ? N’approuvait-il pas sa présence ?

 

nzsg4jfrjwbb.jpg

 

Lorsque Ceera se tourna à son tour, Dolan se dérida. Sa femme secoua la tête en souriant. Bien entendu, elle connaissait son humour, et surtout l’air sévère qu’il pouvait arborer.

« – Dolan…
– Ça va, si on ne peut plus rigoler ! Ceci dit je n’ai pas tort, nous ne sommes pas monsieur et madame tout-le-monde, non plus. Notre avis compte. »

 

xqmcztic04ux.jpg

 

Ceera s’approcha de lui, faisant mine de lui frapper le bras en pinçant ses lèvres.

« – Notre avis, ils l’ont eu. N’écoute pas ton père mon chéri, il fait du boudin parce qu’il n’était pas au courant de l’existence d’Anda. »

 

rf0xr3e9q400.jpg

 

Après quoi elle fit de nouveau face à la jeune fée.

« – Alors, comment s’est passée cette première journée ? Dinah m’a dit que ta sœur n’était pas commode… elle t’en a fait baver ? »

 

xec7izdhhz6n.jpg

 

Anda était plutôt perdue. Entre l’enthousiasme de Ceera et l’humour douteux de Dolan, elle avait du mal à se faire sa petite place, à savoir où donner de la tête. Elle finit par sourire en haussant les épaules.

« – Oh et bien, ça été… elle n’a pas cessé de dénigrer certains faits mais elle ne m’a pas renvoyée chez moi, en tous cas… »

Si elle cherchait ses mots afin de donner une réponse correcte, elle n’entendit pas les bruits de pas qui s’étaient doucement rapprochés avant de s’arrêter non loin du petit groupe.

 

7jfnk73fnv4u.jpg

 

Soudainement, l’on pouvait entendre un ange passer. Anda s’apprêtait à ouvrir la bouche afin de demander à quoi était dû leur changement de comportement, lorsqu’elle comprit la direction de leur regard. Alors elle tourna la tête en direction du centre de la pièce.

 

omo1uxluvs67.jpg

 

Elle n’avait aucune idée de qui se tenait devant elle, mais rapidement, elle ne put s’empêcher de constater la ressemblance qu’ils pouvaient avoir avec sa mère. Les mêmes traits, doux et tristes à la fois. Soléa était présente en chacun d’entre eux.

 

o95iwwkxv2eu.jpg

 

Sans qu’elle n’y pense vraiment, Anda s’avança lentement vers eux. Mais à peine était-elle à mi-chemin qu’une des fées face à elle fit quelques pas afin de la prendre dans ses bras.

« – Que tu es belle… »

 

dt4y7tdi5v1f.jpg

 

Anda répondit à cette étreinte parce qu’elle en ressentait le besoin. Parce que tout ceci paraissait naturel. Son cœur battait la chamade. Bien sûr, elle ne connaissait pas ses grands-parents, mais l’histoire que lui avait relatée Soléa lui suffisait à comprendre l’ampleur de leur rencontre. Y avait-elle songé avant cela ? Pas vraiment. L’angoisse de se présenter à sa famille était globale et cette facette-là ne lui était pas venue à l’esprit.
Elle sentit sa main passer lentement dans ses cheveux avant qu’elles s’éloignent l’une de l’autre.

« – Nous étions certains de ne jamais te voir…
– Je te laisse imaginer notre surprise à l’annonce de ta mère. »

Tout était déjà en place. Et au lieu de se faire rejeter, c’était un amour immense, presque douloureux, auquel Anda faisait face.

« – Vous étiez au courant ? »

Mireylla et Anda se tournèrent vers Dolan qui avait fait irruption dans leur parfait tableau.

 

jq1jo383ovsj.jpg

 

« – Ton père et moi ? Bien entendu.
– Je ne comprends pas… comment avons-nous pu ne pas nous en rendre compte ? »

Sa mère rit doucement.

« – Voyons Dolan… je pense que Negan avait d’autres chats à fouetter, tout comme toi. Et puis, nous nous sommes absentés du palais pendant un certain temps. »

Il secoua la tête.

« – C’est insensé.
– Qu’y-a-t-il d’insensé dans le fait que nous ayons aidé notre fille à gérer cette dure période ? Imagines-tu si elle avait dû y faire face seule ? Et les bruits qui auraient couru parmi le peuple ? »

 

fotcilfh02nt.jpg

 

Il ouvrit la bouche, ne sachant que répondre. Alors pour voler à son secours, Ceera vint se planter devant lui, tout sourire, prenant ses épaules entre ses mains.

« – Mon chéri, et si nous les laissions discuter un peu ? »

Il haussa les épaules en hochant la tête. Alors Ceera se tourna vers Anda avec un rictus amusé. Elle murmura :

« – Il est vexé. »

Puis ils s’en allèrent par la porte du grand salon, suivis par Cassian, laissant Anda avec ses grands-parents. Avec une émotion palpable, ils passèrent les deux heures suivantes à apprendre à connaître la princesse, relatant de nouveau tristement la grossesse de Soléa. A leur manière. Oh, ils n’avaient pas approuvé l’union secrète qu’elle avait eue avec Revan, mais ils l’avaient bien comprise. Lorsqu’il était parti, laissant sa bien aimée seule au palais, le déchirement avait été immense. Et que pouvait-il y avoir de pire que voir son enfant souffrir ainsi ?
La conséquence de leurs actes les avait à peine étonnés. Mais ils avaient un devoir, un choix à faire. Un sacrifice. Et si Anda n’était pas leur fille, ils avaient bel et bien dû prendre la décision de se séparer de leur propre chair.

Ils lui firent visiter la demeure, encore bien plus intéressante qu’Anda ne l’avait songé. Se faisant, le comportement d’Opale les fit rire. Savoir la princesse avoir du mal à prendre des gants lorsqu’il s’agissait de sujets qu’elle avait peine à maîtriser était à leur yeux une source particulière d’amusement. Mais il allait de soi qu’un bon courage à Anda fut souhaité.

En passant de nouveau dans un des halls de l’endroit, la voix de Ceera retentit, provenant de l’étage.

« – Anda ? Souhaiterais-tu te changer avant le dîner ? »

L’intéressée jeta un œil à ses grands-parents, et Mireylla l’encouragea d’un mouvement de tête. Alors elle accepta. Elle retrouva Ceera dans un couloir puis fut entraînée dans une chambre spacieuse, arborant fièrement diverses armoires et miroirs. Lorsqu’elle passa devant Anda pour aller s’asseoir, celle-ci ne put s’empêcher de jeter un œil à son dos.

« – Qu’y-a-t-il ? »

Anda rougit.

« – Excusez-moi, mais où sont vos…
– Mes ailes ? Je n’en ai pas.
– … Oh. Est-ce normal ?
– Non. Mais c’est une autre histoire. Peut-être Cassian te la contera-t-il un jour… »

Elle agrémenta ses paroles d’un doux sourire qui se voulait rassurant.

 

jk4s561s6ui2.jpg

 

« – Tiens, regarde si quelque chose te plait… »

Elle désigna les armoires derrière Anda, que celle-ci prit soin d’ouvrir en la remerciant. Elle parcourut les robes des yeux, hésitante.

« – Pas de bleu… pas de bleu…
– Que dis-tu ? C’est beau comme tout, le bleu.
– Je suis bien d’accord. Mais je ne porte que ça.
– Oh, et bien tu as le choix. »

Elle acquiesça. Quelques secondes de plus lui permirent de poser les yeux sur une robe verte, fluide, légère, et près du corps. Très élégante. Elle la passa sans pudeur avant de s’avancer vers un miroir.

« – Tu es ravissante. »

Anda défit sa tresse avant de prendre une inspiration. Oui, cela lui convenait bien.

 

tp1qxvt84t6d.jpg

 

Elles redescendirent en direction de la salle à manger. Près de la porte, Ceera se retourna vers Anda et lui fit un clin d’œil avant de s’engouffrer dans la pièce. Un certain brouhaha lui parvint, indiquant une présence assez conséquente pour le dîner.

 

vp9fzshkmo0m.jpg

 

Elle s’avança doucement en fronçant les sourcils. Parmi les voix qui s’élevaient les unes par-dessus les autres, il y en avait certaines qu’elle ne reconnaissait pas.

« – … Et qu’est-ce que ça peut bien vous faire ?
– On fait partie de la famille, non ?
– Et alors, quelle incidence ça a sur votre existence ?
– On ne la connait pas.
– C’est clair. Soléa se base sur ses sentiments.
– Moi, je la connais. »

La voix de Cassian avait retenti. Retenant son souffle, les lèvres d’Anda ne purent s’empêcher de dessiner un faible sourire.

 

hfyelxf0t7f0.jpg

 

Mais un ricanement se fit entendre.

« – Tu parles ! Tu sors avec elle, t’es pas objectif…
– Et puis dans le genre tordu ça aussi, ça se place là.
– Je l’ai connue bien avant qu’elle ne soit révélée comme étant princesse. Elle ne le savait même pas.
– Qu’entends-tu par « bien avant » ? Quelques années ? Ou quelques mois ? »

A travers les portes-vitrées, elle vit le visage de Cassian se fermer, ses lèvres se pincer.

« – Et puis si je ne m’abuse, votre couple est récent. Rappelle-moi quand elle a appris qu’elle était princesse ? »

Tout se passa en même temps. D’abord, Cassian ouvrit la bouche pour répondre mais le silence fut intimé par Mireylla qui ordonna à sa famille de se calmer. Puis les portes s’ouvrirent sur une Anda rouge de colère, les poings serrés.

« – Je ne vous connais pas, mais je ne me permets pas de vous juger. En quoi avez-vous le droit de prétendre savoir que je suis ici pour l’appât du gain ? Parce que c’est bien votre sous-entendu, non ? Je vous rappelle à l’occasion qu’on ne choisit pas notre vie, notre famille, ni l’endroit où l’on naît. Vous, vous avez eu de la chance. Oh, que c’est beau d’être de la royauté ! Le peuple a envie d’être à votre place. Vous savez quoi ? Je vous ai toujours admiré. Mais pas une seule fois j’ai souhaité changer de vie. Et pourtant je me tiens ici, dans la demeure familiale qui, étonnamment, m’appartient aussi, il paraît. Le jour où vous aurez l’envie d’être moins stupide, je serais là…
– Anda…
– … Mais en attendant, ayez au moins la décence de ne pas considérer Cassian comme un vulgaire bout de viande dont je pourrais me servir.
– Andafae ! »

Les traits tirés, Mireylla se leva pour se planter devant sa petite-fille.

« – Ça suffit. »

Les sourcils froncés, Anda agita les mains.

« – Je ne vais tout de même pas les laisser m’insulter ! »

 

ejrk15kh8qyo.jpg

 

L’ancienne reine soupira.

« – Je n’ai pas dit ça. Suis-moi.
– Mais…
– Suis-moi. »

Anda devint muette et acquiesça, tremblante. Lorsque Mireylla passa la porte, elle lui emboita le pas sans broncher. Pas un seul coup d’œil ne fut lancé dans la salle à manger. Elle ignorait la réaction des inconnus et ne s’en portait pas plus mal.

Sa grand-mère l’emmena à l’extérieur, dans la cour arrière du manoir. Sans mot dire, elle lui fit emprunter un petit chemin bordé de fleurs avant de s’asseoir sur un banc de pierre, face à une fontaine qui avait tout l’air d’avoir vécu de nombreuses vies. Son air avait radicalement changé. D’un signe de la main, elle invita Anda à venir auprès d’elle.

 

ea7g8v65tkr5.jpg

 

« – Je suis désolée… »

Ce qui était à moitié vrai. Si Anda s’en voulait pour avoir été ainsi virulente, elle n’était pas navrée de s’être défendue.

« – Tu as bien fait de leur tenir tête.
– Ah bon ?
– Dans un sens, oui. Dans ce milieu, se laisser marcher sur les pieds est pire que tout. Mais c’était à double tranchant… peut-être que tu n’as fait qu’aggraver ton cas. Ou alors ça leur a remis les idées en place.
– Pourquoi m’avoir interrompue, dans ce cas ?
– Je ne pouvais pas accepter une nouvelle venue dans la famille et la laisser faire scandale au premier repas… comprends-tu l’image que ça peut donner de ma lignée ? De celle de Soléa ? »

Elle marqua une pause, lui laissant le temps de s’imprégner de cette idée.

« – Ça nous donne une irresponsabilité bien grande. Et de la jalousie dans une famille royale si étendue, c’est loin d’être une bonne chose. Je ne pouvais pas te laisser potentiellement nourrir leur colère. »

Anda acquiesça sombrement. Mais la vieille fée passa une main sur sa joue, lui redonnant le sourire.

« – Ne t’en fais pas. Te rends-tu compte du nombre de fées qui t’ont d’ores et déjà acceptée ? »

Une profonde joie s’installa dans le cœur d’Anda. Une joie qui faisait mal. Une joie qu’elle n’était pas certaine de devoir laisser s’exprimer, de peur de la voir s’en aller.

« – Oui… Merci. »

 

9zmz6a23j3os.jpg


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook320
Facebook
YouTube3k
Instagram280
Twitch
Tumblr